- Procédures et rituels dans la salle de méditation -

L'encadrement et les attitudes à adopter lors des séances de méditation dans le dojo est fort simple.

Préalables et recueillement initial :

En silence, on adopte une attitude centrée, respectueuse, d'ouverture et d'accueil.
Notre attitude est sincère et authentique, il n'y a pas place à l'imitation.
On laisse ses chaussures à l'entrée de la salle de méditation, bien rangées.
On délaisse toutes préoccupations, croyances, jugements et même nos idées sur le bouddhisme.

Pour entrer dans le Dojo :

Soyez simplement silencieux et discret dans vos faits et gestes.
Entrez du pied gauche.
Saluez l'autel mains jointes (gasshô).
Ne coupez pas, si possible, la ligne des Patriarches (ligne qui va du siège de l'enseignant à l'autel).
Déplacez-vous en gardant les deux mains posées à plat sur le plexus.
Dirigez-vous vers votre coussin de méditation (zafu).

Avant de s'asseoir

Saluez mains jointes votre coussin (zafu), il représente le siège de l'éveil du bouddha, de l'éveil des bouddhas.
Tournez-vous vers le centre.
Saluez mains jointes (gasshô) les autres participants, simultanément, en même temps que le dirigeant.
Retournez-vous face à votre coussin, assoyez-vous sans l'enjamber, mais en le contournant dans le sens des aiguilles d'une montre.

S'asseoir en posture de méditation

Posez vos fesses sur le coussin.
Placez les jambes en lotus, demi-lotus ou en tailleur.
Basculez le bassin vers l'avant et appuyez les genoux au sol.
Ramenez le coussin bien en-dessous des fesses.
Placez votre colonne bien droite et vos mains en mudra du Lotus ou les mains vers le bas sur les jambes près des genoux.
Faites un mouvement de balancier, de gauche à droite, la tête parfaitement enlignée avec les genoux, en oscillant tranquillement vers le centre.
Corrigez la posture au besoin, placez la colonne droite, tendez la nuque et rentrez le menton (sans excès), vous poussez le sommet de la tête vers le ciel et vous relâchez. Soyez ni tendu ni relâché.
Placez vos mains en lotus (Mudra).

Le son de la cloche

Trois coups = début du zazen.
Deux coups = fin d'une période de zazen signalant le commencement de la méditation marchée (kin Hin).
Un coup = fin du zazen, tournez-vous vers le centre.

Après la séance de méditation

Faites gasshô, balancez-vous tranquillement de gauche à droite.
Dégourdissez vos jambes.
Lorsque le dirigeant se lève, levez-vous lentement, sans brusquerie.
Contournez le coussin vers la droite.
Debout, face au coussin, étirez vos jambes.
Faites gasshô au coussin, tournez-vous vers le centre.
Faites gasshô avec les autres participants.

Pour la marche méditative (Kinhin)

Après le gasshô avec les autres participants, le dirigeant frappe une fois dans ses mains.
Tournez-vous vers la gauche et placez-vous pour le Kinhin.
À la fin du Kinhin, le dirigeant frappe une seconde fois dans ses mains, tous font gasshô.
Dirigez-vous rapidement, à la file indienne jusqu'à votre place.
Faites gasshô face au coussin.
Tournez-vous vers le centre et de nouveau faites gasshô avec les autres participants, et assoyez-vous.

Après la cérémonie et son de la cloche

Deux coups de cloche à la fin levez-vous, remettez votre coussin en forme, saluez-le et tournez-vous vers le centre en gasshô.
Un coup de cloche : saluez l'autel.
Un coup de cloche : saluez les autres participants puis dirigez-vous tranquillement vers la sortie, un à la suite de l'autre.
Sortez du pied droit.